Saint Jacques
.Parcours Via de la Plata

.Parcours France + Camino Francès

.Parcours Camino del Norte

.Eze - Roma

.Camino Mozarabe

.

Sobrado de los Monxes - Arzua

Petit déjeuner tel qu'acheté la veille à la supérette, à base de gâteaux et jus d'orange, la boisson chaude, du thé étant préparée dans la cuisine de l'appartement. Le linge est sec et il est 8h30 quand nous sortons de l'immeuble. La porte à peine fermée, l'hôtesse ouvre sa fenêtre et nous salue gentiment en nous souhaitant bonne route !
Pas de pluie mais il fait bien frais.

Open in new window


Le cheminement se fera dans de beaux paysages, tantôt sur le goudron, tantôt sur de petits chemins bien sympathiques traversant de petits hameaux ou villages aussi sympathiques que déserts tels Castro et Bodelos. Avant Castro, au milieu de la route sans aucun trafic automobile, deux bergers allemands qui nous regardent arriver de loin. Ils ne bougent pas, nous avançons tranquillement, enfin presque, et le bâton est prêt à toute éventualité. Ils ne bougeront pas plus lorsque nous passerons devant eux, pas très rassurés. Ils continueront à scruter le bout de la route quand bien même nous les aurons dépassés. Ouf !
A quelques centaines de mètres de Correidoiras, la pluie nous suprend.
Il ne faudra que peu de temps pour nous équiper et sortir les parapluies.
Au carrefour de la route 534 que nous traverserons pour filer en face, toujours sur le bord de la route, nous nous arrêterons dans un café pour boire dos cafés solos dans un silence religieux où le patron astique et réastique les mêmes choses, certainement pour s'occuper, nous soignons les bobos d'ampoules. Et repartons donc, tout droit, sous un véritable déluge et ce pendant une heure et demie. L'eau ruisselle sur la route et nos chaussures "pompent" l'eau. Heureusement que nous sommes bien, très bien équipés. La visibilité est quasi nulle et nous sommes cependant heureux qu'il n'y ait pas de camions sur cette route.
La pluie cessera enfin à Boimorto où nous en profiterons pour manger sur un banc à proximité d'un foyer rural, avec, comme distraction, le spectacle d'une dame qui a dû vider sa cave car elle jette de dizaines de bouteilles dans les containers idoines. On s'occupe comme on peut !
Puis nous repartons vers Arzua que nous atteindrons huit kilomètres plus loin après avoir gravi, une belle côte bien raide pour atteindre la petite ville où le déluge nous attend.


Open in new window
Panneau en galicien à proximité d'Arzua
Des trombes d'eau nous voient rejoindre le Camino Francès sur lequel nous voyons un couple de pèlerines arriver, bien sûr, par l'autre Chemin.
Nous irons à l'auberge de pèlerins pour recueillir notre premier "sello" du Francès. L'accueil est vraiment très aimable de la part de la dame qui nous reçoit. Nous entendons, au fond de l'auberge, des pèlerines francophones en train de s'installer.
Nous avons en tête de revenir où nous avions déjeuné, l'an passé mais avons du mal à nous repérer sous cette pluie battante. En cherchant un peu, c''est à dire, en avançant un peu plus avant vers l'est, nous trouvons enfin, et c'est ouvert.
Nous nous installons à une table et commandons quasiment le même repas qu'en mai 2006. Ibéricos y jamon et une bouteille de vin blanc Albarino. (25.30 euros - A Quexeira de Arzua - 70 Avenida de Lugo - Arzua - 00 34 981 50 05 10). Il s'agit d'une sorte de "delicatessen" à l'espagnole.
Toujours sous la pluie, mais moins forte, nous suivons la route vers l'hôtel Suiza où nous avons dormi l'an passé. Nous connaissons la maison qui semble s'être agrandie.
Au dîner, et cela nous change beaucoup, il y a du monde dans la salle de restaurant. Pas un local et ce sont tous des pèlerins sauf une bande de motards quadragénaires et allemands. Nous verrons, demain que ces pèlerins voyagent dans des conditions plutôt particulières.
Repas sans surprises, nuit sans surprises.

Hôtel Suiza
Carretera de Santiago
00 35 981 500 862
Etape 66.24 euros (2 demi-pensions)




. .