Saint Jacques
.Parcours Via de la Plata

.Parcours France + Camino Francès

.Parcours Camino del Norte

.Parcours Eze - Roma

.Camino Mozarabe

.Parcours Camino Gironès (Catalàn)

.

Santander - Santillana

Tombants de sommeil, hier soir tard, la nuit aura été tranquille. Le petit déjeuner aura été égal à ceux servis en Espagne et nous trouverons quelques CRS (souriants) à la réception avant de partir pour la gare de Santander.
Ce n'est pas très loin. Il est 8h50 quand nous quittons l'hôtel. Tranquilles, le pas un peu lourd, nous allons acheter nos billets pour Mogro, à plus ou moins douze kilomètres du centre de Santander, Nous éviterons ainsi de traverser une zone commerciale et industrielle et surtout le pont de Mogro.


Open in new window

En effet, ce pont, interdit aux piétons y compris les pèlerins, permet de rejoindre Mogro sans faire un détour par Puente de Arce et sans faire à pied les 44 kilomètres de l'étape. Le train nous dépose 250 mètres APRES ce fameux pont. Il nous restera un peu plus de 20 kilomètres pour rejoindre Santillana.
La gare étant en bas, nous montons pour retrouver le chemin. Avant d'attaquer, nous remettons les polaires dans le sac, sortons les lunettes et le flacon de protection solaire. Il fait très beau. Nous montons donc pour le village de Mogro, demandons notre chemin, nous arrêtons à la boulangerie à gauche, achetons un peu de viennoiserie espagnole (?!) et allons nous installer au bord de la fontaine de la Cuela et nous ravitailler en eau potable.
Ca repart par une belle et longue côte avec des vues à droite sur l'océan.


Open in new window

Beaucoup de chiens qui aboient mais, par bonheur, ils sont attachés.
Nous atteignons le point haut d'où la vue s'élargit sur l'océan mais surtout nous voyons que notre Chemin sera, pour un bon moment, accompagné d'énormes tuyaux en paire qui descendent ou qui montent de l'on ne sait où.


Open in new window

Le chemin descend désormais sur une beau dénivelé couvert de gravillons ou pierres, puis route et file jusqu'à Requejada, plus précisément Requejada-Polanco du nom de la gare qui semble desservir l'unité industrielle que rejoignent les tuyaux.

Open in new window
Là, il nous faut passer de l'autre côté de la voie ferrée par une passerelle (casse-pattes ! ) et travers en largeur le village qui longe la route et suivre cette route sur plusieurs kilomètres. Nous trouverons beaucoup de trafic automobile.

Open in new window

Le guide nous parle d'odeurs nauséabondes à plusieurs lieues alentour.
Peut être parce que c'est dimanche ou parce que le vent est nord-est, nous ne sentirons rien de désagréable pendant ce parcours où nous longeons un complexe industriel d'importance qui ressemble soit à une cimenterie gigantesque soit à une raffinerie de pétrole.
A Bareda, à droite, franchissons le pont de chemin de fer et découvrons le nom de l'usine. Elle appartient au groupe Solvay. Franchissons la rivière sur le pont et nous arrêtons dans le virage de la route de Suances en face d'un magasin de meubles sur un banc pour reposer les jambes et déjeuner.
Nous devenons une attraction pour les gens qui passent en auto...car les chaussures et les chaussettes sont enlevées et les pèlerins sont plutôt relax...Mal à la jambe quand même ! Le pèlerin soigne son ampoule qui ne guérit pas ou plutôt qui s'est reformée.
On repart. En haut de la côte, nous nous offrons un café en terrasse, s'il vous plaît, dans un bistrot de campagne où l'on nous demande où nous allons comme cela. Santiago ? lejano, si. C'est loin !
Le Chemin sera très calme jusqu'à Santillana. Nous passerons à Camplengo, toujours sur la même route, sans voitures.

La descente vers Santillana nous laisse penser que le village ou la petite ville sera à la hauteur de nos espérances. Vieilles, très vieilles maisons blasonnées sur la droite puis entrée en ville. Nous verrons au loin, l'inévitable côte du départ pour demain, mais nous n'en sommes pas encore là. Nous parcourons la ville, sac au dos, dans un sens, puis dans l'autre, car deux voies la traversent. Ville piétonnière ou quasiment donc beaucoup de plaisir à admirer les vieilles pierres et la collégiale.

Open in new window
C'est une des rares belles villes anciennes que nous ayons vu jusqu'ici sur ce parcours, avec quelques petits villages basques.
Nous nous installerons dans un bel hôtel "historique" à l'ameublement ancien magnifique et aux vastes chambres. Très cosy, chauffage, car il y a de la lessive à faire et petite terrasse sur la rue principale. Les murs de la chambre sont en pierre apparente et nous bénéficions du confort d'un trois étoiles actuel.


Open in new window

Une fois le rituel accompli, nous ressortons pour visiter à nouveau, deuxième passage, la petite ville. Un arrêt à l'office du tourisme qui tamponnera la creanciale et nous donnera une liste d'hôtels en Cantabrie.
Nous dinerons de bonne heure dans un restaurant accueillant dont nous sommes les seuls clients, en ce dimanche soir pour 30.50 euros vin et eau compris. (pâtes aux crevettes, piments farcis aux poissons, flan au fromage pour la pèlerine, minestre (légumes cuits) daurade et riz au lit pour le pèlerin).
Le froid est retombé et nous rendrons, dare dare, à 21h45, retrouver notre chambre douillette et resoigner les pieds.



Hôtel Altamira (3*)
c/Canton 1
Santillana 0034 942 81 80 25
68 euros pdj inclus

Restaurant Casa Uzquiza
c/ Jesus Otero, 5
00 34 942 84 03 56




. .