Saint Jacques
.Parcours Via de la Plata

.Parcours France + Camino Francès

.Parcours Camino del Norte

.Parcours Eze - Roma

.Camino Mozarabe

.

Zamora - Muelas del Pan

Muelas del Pan n'est pas une étape prévue sur la Via de la Plata espagnole mais elle figure dans la liste des étapes du Camino Portugues de la Plata.
En effet, nous avons choisi de prendre cette variante pour deux raisons.
La première est que nous ne dormons pas dans les auberges de pèlerins mais dans les hôtels simples, quand il y en a. Notre travail de préparation a montré que ces établissements, mises à part quelques casas rurales, sont plutôt rares entre Zamora et Ourense. Etant en année jacquaire, redoutant une fréquentation en nombre supérieure aux autres années, nous n'avons pas voulu prendre de risque.
L'autre raison est que nous n'avons que peu d'idée de ce que peut représenter cette route, annoncée comme physique et solitaire par le guide de Alison Raju 2005 (Confraternity of Saint James). Par contre, un peu de Google nous montre qu'il existe quelques petits hôtels ou casa rurales aux endroits où nous prévoyons de faire étape.
Aujourd'hui, comme hier, petit déjeuner dans la chambre. Celui que nous avons acheté hier soir au magasin El Arbol...
Nous traversons Zamora parmi les gens qui rejoignent leur travail et descendons vers le début de la route d'Almaraz del Duero, après avoir acheté du pain à proximité de la Cathédrale.
Le guide Raju nous mènera au bon endroit. Rédigé en anglais, ce guide peu cher, léger et d'un maniement facile, a pour inconvénient de beaucoup utiliser des abréviations avec lesquelles nous devons nous familiariser.
Trottoir jusqu'au Collège, route tranquille. Suivons sur le côté gauche de la route notre cheminement, passant devant la prison dont on ne sait si elle est encore occupée ou non. Toujours peu de trafic, de belles côtes.

Dernier coup d'oeil en arrière. On ne voit déjà plus Zamora.

Open in new window

Par contre, on rencontre des chênes-liège bizarrement taillés.

Open in new window

Nous sommes dans les première montées d'un parcours qui ne fera que prendre de l'altitude pendant les étapes suivantes même si c'est en pente relativement douce. J'imaginais, sur la carte, ou Google Earth, trouver un chemin caillouteux. C'est une route bien goudronnée qui nous mène vers notre destination.
Open in new window

La route, après environ douze kilomètres, se retrécit et devient plus sinueuse, longeant un ruisseau au sortir d'une zone boisée.
Une belle ferme sur la droite avec de beaux chiens qui, heureusement, sont loin et ne paraissent pas intéressés par les pèlerins. Après cette ferme, nous remontons sur le plateau pour atteindre le cingle du Duero qui me servait de repère pour identifier l'endroit où nous devions abandonner la route pour entamer la longue montée vers le haut de la rive droite du Duero, sur un chemin caillouteux.

Open in new window

On casse la croûte dans un magnifique paysage, sur le bord du fleuve.
L'appétit rassasié, nous attaquons la montée après un moment de doute quant à savoir si c'est la bonne piste. Le choix s'avèrera le bon. Il faut dire que j'avais pris quantité de notes pour identifier le point à ne pas manquer.
La piste se trouve juste après le pont en béton qui double le petit pont roman qui est hors d'usage depuis longtemps.

Open in new window

Le paysage est magnifique. Pas un toit en vue, que de la verdure, essentiellement des genêts et des cistes. Le vent est constant mais pas gênant.

Open in new window

La découverte, une fois en haut du plateau, au loin, à droite, de la vision de la route Zamora - Bragance nous rassurera définitivement sur notre choix. Nous sommes sur la bonne piste mais hors Camino, bien sûr. Nous n'avons pas souhaité suivre le chemin officiel car, au terme de sa première étape, il n'offre pas de solution de logement. Nous ne verrons pas l'église de San Pedro de la Nave et le regrettons.
Lorsque notre piste débouche sur la route qui relie Almaraz à la nationale, cela se compliquera un peu car j'avais prévu de traverser 200 mètres de champs environ pour retrouver une autre piste qui mène à Muelas del Pan.
Problème, la topographie des lieux ne permet pas de le faire car nous ne pouvons pas situer l'endroit où la rejoindre.. Nous suivrons une piste qui longe la route, sur sa gauche, sur laquelle nous venons de déboucher et va vers le nord. Arrivés à un vallon, à quelques centaines de mètres de la nationale, nous partons sur la gauche pour tenter de trouver un chemin parallèle à cette nationale.
Il nous faudra descendre dans le dit vallon, nous perdre devant une ferme abandonnée, remonter de l'autre côté du même vallon... c'est notre deuxième journée de marche et les jambes ne sont pas encore au top. Cela trainaille un peu. Longue piste bien droite qui nous conduira à destination.


Open in new window

Muelas del Pan ou plutôt ses "quartiers" est, sont en vue mais le village est très étendu.
Nous ne verrons âme qui vive que quasiment arrivés à destination où une jeune femme nous indiquera la casa rural qui nous attend une centaine de mètres plus bas. Là, nous retrouverons le Camino "officiel" qui vient de San Pedro de la Nave. Nous trouverons aussi notre premier "mojon" installé à l'entrée de chaque village de cette route. Le pèlerin est content d'être arrivé.

Open in new window

L'accueil de notre hôte est vraiment très chaleureux, presque amical. La maison est simple mais propre et le chauffage fonctionne. A vrai dire, après une journée de marche, le pèlerin est content de trouver un peu de confort, fût-il modeste.
Le dîner se fera dans la grande salle du bar sous une télévision immanquable par sa taille et le son.
Ibéricos, lomo et glace + tinto.
L'hôtel est complet (dix chambres ?) car Muelas del Pan organise ces jours là, un concours de pêche. Les pêcheurs se levant tôt, les pèlerins profiteront du bruit pour se lever aussi mais un peu plus tard, le patron ayant annoncé le petit déjeuner pour 8h30. Ajoutons que, malgré le fait d'avoir eu une chambre sur la route, nous n'avons pas eu à souffrir du bruit extérieur car il n'est probablement pas passé une voiture au cours de la nuit.
A l'heure dite, nous frapperons à la porte du restaurant où nous avons dîné la veille au soir qui se trouve à côté de l'endroit où l'on dort et le patron nous servira un petit déjeuner fort copieux, nous proposera l'accès à internet et de nous préparer des bocadillos pour le déjeuner. Nous avons ce qu'il faut, merci.
Depuis le temps que nous marchons, particulièrement en Espagne, je crois que c'est la première fois que nous rencontrons un hôte aussi sympathique et souriant, cela méritait d'être dit. Ce n'est pas très courant dans ce pays. Nous encourageons les pèlerins à faire étape chez lui. Très bon souvenir d'une étape simple mais chaleureuse.
Casa El Vedal 60 euros tout compris y inclus la bière et le coke light bus en arrivant.




. .